Se lancer en freelance : créer sa micro-entreprise

Pour devenir freelance il est nécessaire de créer une micro-entreprise. Micro-entreprise et auto-entreprise, ce sont deux statuts qui ont fusionné en 2016. Voici quelques conseils et liens utiles pour vous aider à créer votre micro-entreprise et vous lancer en freelance.

Ça y est, vous avez choisi votre spécialité ! Maintenant comment se débrouiller pour lancer son affaire en tant qu’indépendant ? Se lancer en freelance en créant sa micro-entreprise, ça prend 30 minutes et c’est ici.

Se renseigner sur la micro-entreprise avant de se lancer en freelance

Note : les statuts d’auto-entrepreneur et micro-entrepreneur ont fusionné en 2016 pour ne faire qu’un.

Avant toute chose, renseignez-vous sur le domaine de l’auto-entreprise, de la micro-entreprise et du freelance en général. Faîtes une petite recherche sur Le blog du freelance ou sur des sites spécialisés tels que 404works ou divers forums pour vous donner une idée de “comment qu’on fait” ainsi que du pour et du contre sur le statut freelance.

Renseignez-vous aussi sur l’état de votre marché actuel : si votre domaine est blindé de concurrents dans votre coin, faîtes un peu de brainstorming, ou de “réfléchissement” comme dirait l’autre, afin de proposer quelque chose que les autres n’ont pas et qui ferait de vous quelqu’un d’unique à recommander.

Mais ne réfléchissez pas trop !

Cependant ne passez pas des heures et des jours sur tout ça. Trop d’information tue l’information et il faut savoir outrepasser la peur de se lancer.

En développement personnel, ça s’appelle “sortir de sa zone de confort“. Et c’est la meilleure solution : à un moment il faut acter sinon vous ne réaliserez pas votre rêve, et votre compte en banque restera quoiqu’il arrive à 0,00€.

Dernière chose, seul votre avis compte. C’est pour vous que vous faîtes ça, pas pour les autres. Ne remettez pas en cause ce que vous voulez faire car votre famille ou vos copains doutent de vos capacités. En tant que freelance, vous ne risquez pas grand chose puisque vous ne payez rien si vous ne faîtes pas de chiffre d’affaire.

Pas de C.A. = Pas de charges à payer

Auto-entrepreneur.fr

Attention aux dérapages du freelance

Soyez carré dans votre démarche et ne vous amusez pas à faire du black ou des trucs foireux avec vos clients. Il en va de votre crédibilité et vous pourriez avoir de gros ennuis en cas de contrôle si vous ne déclarez pas votre chiffre d’affaire réel encaissé.

De même, pour réussir il est nécessaire de se fixer des heures de travail régulières. Vous êtes libre de les choisir mais soyez quand même disponible pour répondre aux mails ou au téléphone. Un peu de sérieux. Personnellement j’ai choisi 9h00 – 17h30.

De même j’ai un bureau attitré et au calme. Celà me permet de mieux travailler et de répondre aux clients dans le meilleur des environnements possibles.

Si vous n’en n’avez pas, vous pouvez toujours aller dans un espace de co-working ou quelque chose du genre ! Cela vous permettera en plus de voir du monde.

Un espace de co-working.

Pour rappel : le cap de viabilité d’une entreprise est globalement de 3 à 5 ans.

Créer sa micro-entreprise sur net-entreprises.fr

Pour créer votre micro-entreprise, il suffit de se rendre sur le site officiel net-entreprises.fr et de vous inscrire sur le site.

Se lancer en freelance en 30min chrono

C’est assez facile de remplir les champs, et si on lit bien ce qui est écrit, il n’y a aucun soucis. Au pire, quelques recherches sur Internet peuvent vous sauver la vie. Si vraiment ça ne va pas demandez conseil à l’un de vos proches pour vous renseigner.

Ne buguez sur la sélection du domaine

Pour les domaines très spécialisés qui ne se trouvent pas dans la liste des métiers, ne pas hésitez à prendre la catégorie parente de ce domaine : si vous êtes “Analyste de base MongoDB” ou je ne sais quoi, choisissez “Autres métiers informatique”. Ce n’est pas quelque chose de fini dans le temps, cela sert surtout à vous catégoriser globalement. Et comme ça rien ne vous empêche de faire une prestation de création de site Internet par exemple si l’occasion venez à se présenter.

Attention à la localisation de votre entreprise !

Depuis 2015, les auto/micro-entrepreneurs sont soumis à la taxe C.F.E qui doit être réglée chaque année. Le prix varie en fonction de sa localité.

Un impôt selon moi un peu abusif puisque si vous travaillez chez-vous, vous payez à la fois les impôts locaux + les impôts fonciers + la C.F.E. en tant que “bureau”.

Qu’à cela ne tienne, faîtes donc attention à où vous déclarez votre entreprise. Quelques liens pour éclaircir :

Note : Cependant là encore lorsque si vous faites un C.A. de moins de 5000 euros, vous ne payez pas. Et vous êtes exonéré quoi qu’il arrive la première année.

La finalisation de votre statut

À la fin, vous obtiendrez un PDF qui atteste que votre demande de création a bien été prise en compte. À ce moment vous êtes freelance. Félicitations !

Se spécialiser en freelance

Un retour d’expérience sur le pourquoi il faut se specialisé en freelance pour pouvoir réussir. Destinés aux débutants qui commencent leur carrière de freelance.

Vous sortez de l’école ou vous venez de terminer une formation pour votre reconversion. Vous avez acquis une base solide et de multiples compétences pendant ces quelques mois voir années, et vous souhaitez lancer votre affaire en freelance. Il va donc falloir vous vendre et vendre quelque chose. Mais quoi ? L’on peut être rapidement perdu parmi toutes les connaissances accumulées, et les possibilités qui s’offrent à nous regorgent par dizaines. Alors lorsqu’on débute en freelance, la tentation première pourrait être de tout proposer. Afin de couvrir l’intégralité de votre formation et d’avoir un large panel de prestations. Mais ce n’est pas forcément pertinent. Pourquoi devriez-vous vous spécialiser en freelance ? Un bref retour sur mon expérience personnelle.

Pourquoi se spécialiser en freelance ?

Lorsqu’on sort de l’école, on a des connaissances globales dans le domaine de métier qu’on a choisi. Elles sont bien sûr essentielles pour connaître la base et découvrir les possibilités de métiers qui s’offrent à nous. Mais ces acquis restent généraux et temporaires.

La contrainte temps versus rentabilité

Se spécialiser en freelance : comment jongler entre le temps, la qualité, et la rentabilité !

En effet, avec le temps les technologies évoluent vite. Très vite. Surtout si vous voulez percer dans le web.

Vouloir être à tout prix à niveau dans chacune des branches possibles H24, c’est chronophage et suicidaire. Vous êtes là pour apprendre à rentabiliser une affaire, pas pour passer votre vie à vous éparpiller sur des sujets sans rentrée d’argent.

Dans mon cas, j’avais plusieurs possibilités :

  • Développeur web ( PHP / HTML / JS / CSS / SQL / etc… )
  • Designer web
  • Programmeur Java, C#
  • Analyste de données ( UML / Merise )
  • Développeur Android
  • Blogueur d’actualités sur le développement

Au final plus de 6 métiers spécialisés et plus de 10 langages à rafraichir au grès des nouvelles versions.

Or s’il on prend une mise à niveau par an pour un langage ou un logiciel, et en comptant 1 mois maximum pour maitriser correctement le sujet cela fait presque 10 mois d’auto-formation : difficile à tenir sans faire de syncope.

Alors certes, me direz-vous : vous pouvez toujours vous former en autodidacte à chacun de vos nouveau clients.

Oui et non.

Vous ne pouvez pas Être bon en tout.

Non, tout d’abord car ce n’est pas super top d’un point de vue de l’organisation et de la gestion.

À titre personnel, je ne me vois pas développer un site pour un client pendant plusieurs semaines. Et enchainer direct avec la création d’un logiciel en Java.

D’abord je risque fortement de m’emmêler les pinceaux entre les différents langages et de plus, je vais avoir besoin d’un temps d’adaptation avant de me remettre dans le bain et retrouver mes habitudes.

Et je ne parle même pas des interventions d’urgence qu’il faudrait prévoir si un client a un problème avec son site ou son logiciel Java et que cela doit être résolu dans la journée, alors que vous êtes paisiblement en train de faire un énième projet en C#.

La qualité du travail en pâtit.

Bon courage, mais moi je passe mon tour !

Mais vous pouvez Être le meilleur dans une spécialité !

Toutefois, oui, on peut quand même se former au grès des clients. D’ailleurs c’est le but. Être rentable tout en étant au top. Et c’est largement faisable. Mais à une condition : se spécialiser !

En effet, le fait de vous spécialiser dans un domaine en particulier permettra de réduire non seulement la quantité de travail non rémunérée et nécessaire pour se tenir à niveau, mais aussi de toujours vous améliorer au fil des clients et d’être plus facilement à la pointe de votre spécialisation.

De plus, vos habitudes de travail permettrons de réduire ce temps de “remise dans le bain” et vous adopterez des réflexes quand il s’agira de dépanner vos clients.

spécialité + rapidité d’exécution = freelance recommandable

Mon petit doigt, qui le dit !

Et c’est pour ça que je me suis spécialisé en freelance dans le développement web.

Néanmoins rien ne vous empêche comme moi de toucher à d’autres sujets par passion, ou parce que vous souhaitez faire varier vos offres. Mais c’est à faire lors de votre temps libre ! C’est le cas ici. Je fais un article de blog le week-end ou le soir, mais en semaine c’est 100% dispo pour le développement web.

Le piège du freelance moyen

Autre argument qui vient compléter la problématique de temps d’apprentissage par rapport à la rentabilité : on pourrait tomber dans le vice d’être ni bon, ni mauvais, mais moyen dans tout.

Et comme dirait la pub :

Tout est dit : en freelance, vous devez être le/la meilleur(e) dans votre coin pour la spécialité que vous aurez choisie.

Alors avant de vous spécialiser en freelance, choisissiez d’abord un domaine qui vous plait, ou créez le vous-même. Après tout, cela doit être un plaisir et non une contrainte !

Attention tout de même à ne pas trop vous spécialiser non plus (ex: expert Photoshop en quadrillages de chaussettes) afin de garder une source de clients raisonnable et rester polyvalent. Assurez-vous par ailleurs d’avoir un peu de place dans le marché actuel. Trouvez le juste milieu entre votre spécialité, l’état du marché et le nombre de client à partager.

De plus, se spécialiser aura une plus-value sur vos concurrents qui ne le sont pas (et qui n’auront pas lu cet article) en proposant une méthodologie de travail originale, une qualité de réalisation supérieure, ou un service qui n’existe pas encore. Cela rendra votre entreprise unique et recommandable auprès de vos futurs clients : ils vous solliciterons par eux même par la suite.

N’hésitez pas à me faire part de votre avis sur cet article et de votre expérience personnelle en commentaire !